AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 #208/ {fire, there's a fire} isaac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bela Ozera
Then you go and let the lonely take my heart again
avatar

Since : 28/09/2015
Texts : 164
Pseudo : poldark.
Face, © : mae whitman, av/mine, sign@ines♡
Years old : twenty-five yo
Job, studdies : stove from a caterer
Love status : single, definitely

Take me into your loving arms
▪ Relationships:
▪ Availability: {isaac, cleo, nox..}

MessageSujet: #208/ {fire, there's a fire} isaac   Dim 4 Oct - 18:32


- help there's a fire
in my kitchen -

Tablette sous le bras, Bela se dirige d'un pas décidé vers l'ilot central de sa cuisine. Bien décidée à se rendre chez sa sœur, la jeune femme ne peut décemment pas s’y rendre les mains vides, c’est une chose impensable pour elle. Ce serait comme sortir pour aller à boire un verre en pyjama, cela ne se fait pas. Du coup, la jeune femme fait ce qu’elle sait faire de mieux, elle va amener le dessert et ainsi régaler le palet des personnes présentes. Installant sa tablette d’un côté du plan de travail qu’elle n’utilisera pas et où cela ne la gênera pas, la jeune femme lance sa playlist et rapidement la musique se répand dans l’appartement, motivant toujours plus la jeune femme. Tout en effectuant une danse qui n’appartient qu’à elle, qui se compose d’ondulement du bassin et autres petits sauts, la jeune femme s’abandonne dans les plaisirs de la cuisine. Si bien que quand elle se rend compte du temps qui a passé, une bonne partie de la cuisine est envahie par des cupcakes et autres muffins dont l’odeur imprègne désormais les murs de l’appartement qui se trouve être trop vide aux goûts de la jeune femme. Si auparavant, elle le partageait avec Ingrid, une Allemande de passage, la jeune femme a fini par retourner dans son pays d’origine, l’éloignement de ses proches étant trop important. Bela ne l’a pas blâmée, elle serait la première à se sentir esseulée si elle partait loin des siens. Sur cette pensée, elle s’éloigne de la cuisine, pour aller finir de se préparer afin de pouvoir prochainement filer chez sa sœur, qui heureusement pour elle n’habite qu’à quelques pas de chez elle. Comme si elles ne pouvaient pas rester séparées trop longtemps. Peut-être que leurs frères finiraient également par arriver, après tout il n’était pas rare d’en voir un arrivé pour que les autres suivent, comme si d’instinct ils savaient toujours où tous se retrouver. Tentant de coiffer sa chevelure brune, la jeune femme se dandine une nouvelle fois au rythme de la musique qui arrive à lui parvenir d’où elle se trouve. Elle ignore combien de temps elle est restée dans sa chambre mais elle sait à l’odeur qu’elle sent qu’elle y a passé bien trop longtemps. Le brûlé, voilà ce que ça sent et généralement ce n’est pas bon. Ni une, ni deux, elle accourt à la cuisine où l’accueillent une épaisse fumée et un début de flamme qu’elle considère comme impressionnant. Éteignant sa tablette d’un geste rapide en attrapant un verre d’eau au passage, elle tente d’éteindre le début d’incendie par elle-même, en vain. Au bruit de l’alarme, Bela est persuadée que les pompiers ne vont pas tarder à arriver, mais en attendant, elle ne peut pas rester sans réagir et continue de faire des vas et viens avec son verre d’eau, tout en poussant des petits cris aigus, légèrement terrorisé par le spectacle qui s’offre à elle.
Quand elle entend de violent coup porté à la porte, elle se rue dessus et elle ne peut contenir sa joie en voyant des uniformes bien connus des pompiers. Avec rapidité, ils prennent possession de l’appartement et avec efficacité, ils éteignent le feu qui a première vue, n’a fait que peu de dégâts, au grand soulagement de la jeune femme. Quand on lui annonce cela, Bela ne se retient pas et saute littéralement au cou du pompier face à elle, à qui elle ne donne pas le choix. Peu habituée à manifester ce genre de geste, la jeune femme ne peut se retenir. Sa cuisine, c’est un peu son bébé, sa vie et si elle venait à être totalement détruite, Bela en aurait le cœur brisé. Quand elle se rend compte de son geste, elle tente de reprendre ses esprits et s’éloigne du pompier. Je suis désolé de vous avoir sauté dessus comme ça... vous pouvez pas imaginer à quel point je vous suis reconnaissante d’avoir sauvé ma cuisine...

_________________
{  i believe there's love in you grid locked on the dusty avenues, inside your heart, just afraid to go i am more, i am more than innocent but just take a chance and let me in and i'll show you ways that you don't know }
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://townwaspaper.forumactif.be/t207-there-s-a-light-in-the-crack-that-s-separating-your-thighs-bela
Isaac Hastings
characters of no illusion
avatar

Since : 27/09/2015
Texts : 448
Pseudo : wayland/ marie
Face, © : Cox by @monroes
Years old : trente ans, un cap qui le rend plus triste qu'il ne l'aurait voulu
Job, studdies : il est pompier, un rôle qui lui tient à coeur et qui l'inspire depuis toujours
Love status : marié à un fantôme depuis cinq ans, il vit une vie de père célibataire, le coeur flanchant pour l'interdit

Take me into your loving arms
▪ Relationships:
▪ Availability: 0/6 (naomi; cleo; oskar; gail; bobbi; bela)

MessageSujet: Re: #208/ {fire, there's a fire} isaac   Sam 17 Oct - 2:48


- fire, there's a fire -

il se noie dans le boulot Isaac, il n'a pas envie de penser au reste. surtout pas. il a l'impression que plus le temps passe et plus son monde s'effondre. la mort de Jules, le départ de Rosie, le retour de Naomi. des femmes aux impacts marquant. des vagues de violence dans son visage cerné. la fatigue, il n'en a plus rien à faire. il est volontaire pour toutes les interventions, peu importe si il doit se réveiller à trois heure du matin et partir ou si il s'agit de passer la journée entière dans la fumée. il veut juste oublier un peu la tempête dans son esprit. sa fille est la seule personne qu'il accepte de voir, qu'il accepte d'écouter. il marche en mode automatique Isaac, déprimé, l'espoir en berne. pas en forme, pas concentré. présent, mais pas là. quand la sonnerie de la caserne se met à retentir à nouveau, il se redresse de son lit comme un automate. il attrape ses lunettes, il les met sur son nez et se dirige vers la sortie, prêt. comme lors de toutes les interventions. bien sur sa peau pâle et son air ailleurs ne plaisent pas à son chef. il lui dit de rentrer chez lui, de laisser tomber. d'aller se reposer. mais la machine est lancée et Isaac n'écoute pas, n'en fait qu'à sa tête. c'est un incendie domestique, pas grand chose apparemment. il promet qu'après, il dort. menteur. il promet qu'il est d'attaque, et ça suffit. à peine quelques minutes plus tard il se retrouve équipé, montant dans le véhicule rouge si populaire. la baraque est à Walnut Street, pas bien loin de sa propre maison. il prendra peut-être le temps de se changer, de récupérer des affaires et de saluer Lola et Gail, finalement. il hésite. il sait pas. il verra plus tard. il écoute les instructions. une cuisinière en feu, une nana paniquée, une alarme bruyante. l'équipe est plutôt mince, le feu pas encore totalement déclaré. une intervention banale, c'est aussi ce qu'il se dit lorsque lui et ses collègues rentrent dans la maison. la cuisine, elle semble flambant neuve si ce ne sont les quelques hautes flammes qui la font vivre. le matériel semble pro et ça lui fait mal au coeur de savoir qu'il va pourrir un tel travail avec sa lance incendie. mais c'est ça, ou la maison qui y passe. alors il éteint le feu comme on éteint une bougie, avec flegme et assurance. un truc déjà fait des centaines de fois. pas besoin de savoir pour qui, ou pour quoi. il se contente de faire son job, et de le dire à la principale intéressée. intéressée qui lui saute dessus, littéralement, sortant Isaac de sa douce torpeur. le réveillant. il sourit, pas forcément très à l'aise mais content de voir qu'il peut encore servir à quelqu'un. son casque il l'a retiré, et il fixe la jeune femme désormais alors qu'elle le remercie en bafouillant. il la trouve attendrissante. à bien y réfléchir, sa tête lui dit quelque chose mais il ne cherche pas plus loin. « Je comprend, vu la qualité de vos ustensiles je suppose que vous devez vous y connaitre un peu. » il la regarde, gentil. et puis ça fait tilt dans sa tête. « Attendez, je vous connais non ? » question débile. il sait où il l'a déjà vu, et il sait que la réciproque n'est pas. « Vous êtes Bela, d'internet ! Je suis votre blog avec ma fille. » là pour le coup, Isaac sourit vraiment. pour un micro moment, il oubli ses ennuis. il vient de sauver la cuisine de sa référence en matière de recettes. un amour de la cuisine qu'il ne peut retenir plus longtemps. « Je vous avouerai que vous m'avez sauvé beaucoup d'après midi avec vos conseils. » voilà, il fanboy. quand on parle bouffe, Isaac n'est pas du genre à pouvoir se contrôler.


Spoiler:
 

_________________

I CAN LIVE UNDERWATER

When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. ©️ signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://townwaspaper.forumactif.be/t97-i-m-afraid-of-loosing-myself
 
#208/ {fire, there's a fire} isaac
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Fire Girls [DVDRiP]
» Recherche open : Fire & Shadow
» Un article intéressant de Régine Chassagne du groupe Arcade fire
» MILLA ♣ set fire to the rain
» FIRE BURNS ~ ft. jackie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: (ALLENDALE, SC) :: (WALNUT STREET) :: (residential area)-